mardi 17 juin 2008

Première étape franchie



Hier je me suis tapé sur les doigts, et plus encore. Je n’ai pas pris la peine de sauvegarder mon billet ailleurs que dans le template de blogger et j’ai tout perdu au moment de soumettre! Prise 2 (sauvegardée).

Le jeune séquoia géant sur cette photo prise en juin 2008 n’a l’air de rien, mais il a été planté en forêt à l’âge de 6 semaines en octobre 2007! Il a passé l’hiver dans une zone 3 sous 4 à 6 pieds (1 à 2 m) de neige avec des pointes normales à –35 degrés Celsius! Il y a encore quelque temps, il portait la couleur bronzée du séquoia gelé et la réapparition du vert et de quelques aiguilles confirme sa santé! Je tenais à tenter cet extrême en plantant de très jeunes séquoias juste avant les périodes de gel. À toujours les dorloter, comment saurions-nous ce qu’ils peuvent vraiment endurer ou non? Des 7 séquoias géants de cet âge qui ont été plantés à l’automne 2007 en forêt, au moins un autre a survécu. Je n’ai pas eu le temps d’aller voir les autres.

Je n’ai pas eu le temps car j’avais du pain sur la planche. Ce printemps, une cinquantaine de séquoias géants âgés de 6 à 8 mois ont été plantés en forêt dans des milieux similaires. Certains sont situés dans un ancien champ en friche inondé par des castors, puis asséché de nouveau depuis que leur barrage a été détruit et la famille éliminée. D’autres ont été plantés près de la cabane à sucre tout près du ruisseau. Certains sont déjà morts de sécheresse, essentiellement ceux qui se trouvaient à découvert dans un sol trop sablonneux. La plupart se portent très bien et continuent de pousser comme si de rien n’était. Deux séquoias ont été piétinés par des orignaux venus s’abreuver près de l’ancienne dame… Comme quoi on est vraiment en pleine nature. Je donnerai plus de détails avec des photos à l’appui durant l’été.

Une cinquantaine de séquoias d’environ 4 mois trop fragiles pour être exposés à la sécheresse de l’été le passeront dans le bureau. Le temps plus clément de l’automne et le sol humide de l’hiver leur laissera le temps de s’installer avant l’été 2009.

Voici un séquoia en forêt depuis quelques semaines qui se porte très bien. Je leur laisse un peu d’ombre le temps qu’ils grandissent. On éclaircira l’environnement s’ils s’en sortent une fois la tête sortie de la neige.

1 commentaire:

Thomas a dit…

Cela prouve bien que le séquoia géant n'est pas si fragile qu'on pourrait le penser. Passées les premières semaines suivant la germination où il est sensible au champignons et où l'arrosage est plutôt délicat, le jeune séquoia se débrouille plutôt bien face aux conditions climatiques extrêmes.
J'ai également remarqué que les jeunes plantules sortant tout juste de la graine poussent très bien en plein soleil à l'extérieur. La plante est même plus vigoureuse que celles semées à l'intérieur. Le seul problème est qu'il faut bien veiller à ce que le substrat reste humide.